Menu de navigation

« Être Homme, c’est être responsable » Antoine de Saint-Exupéry

Le DD en Finlande

Rapport n°3 : du 16/10 au 1/11

de Stella, Emilien, Roxana

LA FINLANDE et LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 

À l’heure actuelle, le réchauffement climatique est au coeur des préoccupations, c’est pour cela que ce voyage est une occasion parfaite pour nous d’observer et de rapporter ce qui est mis en place au niveau écologique dans ce pays qui nous est étranger et de faire partager notre expérience. 

La Finlande est connue pour être très concernée par le développement durable, mais nous avons pu nous faire notre propre idée de la place que tient l’environnement dans ce pays. 

Premièrement, la nature est partout. C’est d’ailleurs l’une des choses qui nous a le plus marqué à notre arrivée, même dans les villes les plus urbaines on peut apercevoir des arbres en tout lieu. En effet, la Finlande est l’un des pays avec la plus grande superficie de terres laissées à l’état sauvage. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle la Finlande est qualifiée de pays vert, elle l’est aussi grâce à tous ses systèmes mis en place dans le secteur environnemental. 

Tout d’abord, les usines exploitent le bois afin de produire de l’énergie nécessaire pour le chauffage de l’eau et des habitants ; une industrie beaucoup moins polluante que le nucléaire ou autre. De plus le principal moyen de transport est le vélo (mis à disposition pour 50 cents/heure), utilisé par une grande majorité de la population pour se déplacer, en été comme en hiver ! Cependant, pour les grands voyages, par exemple de leur domicile à leur maison de campagne (ce qui est très commun), le seul moyen possiblement utilisable est la voiture, et non le train par exemple, très peu développé dans le pays. Par ailleurs, il y a peu de voitures électriques.

Les usines à bois et l’utilisation du vélo comme moyen de transport participent donc tous deux à la réduction de l’empreinte carbone du pays, essentiellement dûe aux véhicules automobiles et au chauffage des logements et des bâtiments commerciaux, publics et industriels. 

Un des dispositifs qui nous a aussi étonné est le fait qu’il soit possible de ramener des bouteilles/canettes vides et de se faire rembourser une partie de son prix initial (environ 20 à 50 centimes). Ainsi, après de grands événements, les enfants s’amusent à ramasser les bouteilles et canettes laissées par terre afin d’aller s’acheter des bonbons. 

Autre fait, lorsqu’une terre appartient à un particulier, il peut vendre les arbres présents sur celle-ci à une usine de papier. 

Enfin, dernier constat, nous avons pu remarquer que les rues sont particulièrement propres, la région engageant des services s’occupant de les nettoyer continuellement. 

Cependant, le comportement des finlandais par rapport à la crise climatique est quelque peu controversé : autant les mesures prises par l’Etat et les lois environnementales appliquées sont exemplaires et participent pleinement au développement durable ; autant d’un point de vue citoyen les finlandais sont impliqués de la même manière que dans tout autre pays, avec certains qui se sentent énormément concernés et d’autres non.